Autre texte, autre expérience. Je vous ai dit précédemment que j'étais fan de roman policier. Je me suis donc exercée en cherchant une histoire qui tiendrait le coup. Vous allez me dire "Lune Bleue" aussi est un roman policier. Et vous n'aurez pas tord. Mais sur ce texte là, j'ai essayé d'éviter le côté "fantastique" qui touche la lune.
Un vrai roman policier dans les règles de l'art. Mais avec des personnages atypiques. Un ancien flic et une psy. Alors oui c'est un duo que l'on voit souvent. Et je n'aime pas copier ce que l'on voit. Alors je leur ai rajouté certains détails qui j'espère, les démarqueront des autres. Que ce soit niveau physique que psychique.

Voici donc le prologue et le début du chapitre 1 pour vite de vous donner trop de lecture d'un coup.

Amusez-vous bien ^^


L’affaire Osiris

    "Il faisait à peine jour quand Amélie Lassard rentra enfin chez elle. Etudiante la semaine, serveuse le week-end, elle n’avait plus assez de temps pour faire ses courses et acheter de quoi se sustenter. Elle devait courir à l’ouverture de la petite épicerie juste en bas de chez elle, encore vêtue de la tenue légèrement exigée par son patron, supporter les regards en biseaux du propriétaire qui en profitait pour marmonner sur les femmes occidentales et leurs mœurs ouverts et enfin remonter chargée comme un mulet pour survire une semaine encore.
Ce jour-là n’était pas différent des autres. Elle avait à peine trois heures de sommeil devant elle avant de devoir se lever encore une fois et prendre le chemin de l’université, suivre des cours assommants pour espérer obtenir un jour son diplôme, puis revenir pour gagner sa croûte et ainsi de suite jusqu’aux prochaines vacances.
 _Rha encore en panne ?! Mais il sert à quoi ce concierge ?
Elle soupira en découvrant le panneau accroché à la va-vite sur la petite machine qui devait dater d’avant guerre puis se baissa pour reprendre ses paquets. Elle soupira de tout son saoul en levant le nez sur les 5 étages qui l’attendaient déjà à travers des escaliers si exiguës qu’on ne pouvait pas y passer en couple. Elle grimpa lentement marche après marche et s’arrêta un instant entre deux pour reprendre son souffle.
            
_Qu’est-ce que…
Elle s’arrêta de nouveau quand elle découvrit la porte de son petit studio entrouverte. La peur l’envahit aussitôt : elle était certaine d’avoir fermé derrière elle. Son chat adorait se balader dehors sans son collier et comme son plus proche voisin détestait les animaux, elle ne prenait jamais le risque de le lâcher dans la nature.
 _Gipsy ?
Elle poussa lentement la porte et se glissa à l’intérieur pour vite poser ses paquets sur son meuble de cuisine. Son intérieur étant très petit, elle put rapidement en faire le tour et ne découvrit rien de suspect.
 _Gipsy ? Où es-tu mon gros ?
Elle s’avança près de son canapé, inquiète, quand elle perçut une étrange sensation.
 _Ah !
Elle fit volte-face mais une main gantée de noir lui couvrit la bouche avant qu’elle n’eut le temps de crier.
 _Shhh…
Pétrifiée, elle n’osa pas bouger quand son agresseur posa un doigt sur ses lèvres en signe d’avertissement. C’était pourtant un jour comme les autres…

Chapitre 1

Un flash éclaira le visage sans vie d’Amélie. Le photographe fit d’autres clichés puis s’écarta d’un pas pour laisser un policier prendre des notes sur la situation. Le studio était déjà trop petit pour accueillir tous les hommes chargés de balayer la pièce à la recherche de preuve de l’effraction.
 _Qu’est-ce qu’on a ?
 _Ah capitaine !
Un agent salua poliment le nouvel arrivant puis lui désigna la jeune femme d’un air désabusé. L’homme au ventre coincé dans un costume et au menton à peine rasé soupira en s’approchant lentement du cadavre.
 _Encore une…
 _La troisième en trois mois. Qu’est-ce que c’est que ça ?
Un scientifique en combinaison blanche attrapa l’enveloppe jaune qui se tenait auparavant sur la poitrine de la victime et la tendit à son supérieur hiérarchique en lui demandant de mettre des gants. Ce dernier obéit, bien qu’il connaissait la procédure par cœur, et jeta un coup d’œil à l’intérieur sans avoir réellement besoin de l’ouvrir.

 _Qu’est-ce que c’est encore que…
Il retourna l’enveloppe, une main tendue et reçut une pochette de la taille d’un mini disque, jumelée à une carte de visite accrochée en son centre. L’attention des scientifiques fut tout de suite attirée par ces indices tombés du ciel mais ils ne purent les sceller avant que le policier n’ai eu le temps de les parcourir.
 _Capitaine ?
Stéphane Vivelin en avait vu tout au long de sa carrière. Mais là, il devait bien s’avouer complètement dépassé. Un mini disque banal accompagné d’une carte signée d’une simple colonie de chiffre…cela n’avait aucun sens.
  _Ça vous dit quelque chose ? s’inquiéta l’agent à ses côtés en le voyant s’assombrir.
 _Oh oui…c’est un matricule. Celui d’un policier.
 _Et bien, on doit vite le prévenir. Il a sans doute un rapport avec cette affaire !
 _Il n’y a qu’un tout petit problème …
 _Lequel ?
Vivelin regarda son acolyte avec le souffle difficile.
 _Ce policier est mort depuis deux ans déjà...

C’était une belle journée. Le soleil d’été s’était enfin réveillé et les vacances pointaient doucement leur nez. La mer était calme et les pécheurs profitaient de ce laps de temps pour refaire leur filet empêtré pendant la tempête qui avait secoué la côte quelques jours auparavant.
A la terrasse du Jordano se déroulait une scène tout à fait atypique qui amusait le patron occupé à nettoyer les verres abandonnés des clients.
 _Je suis désolée madame Nonchal, mais je n’ai fait que ce dont pourquoi vous m’avez payé si cher. Les photos en sont la meilleure preuve.
Matthieu Molinzy attrapa son verre et avala une gorgée de mousse avant de soupirer de nouveau pour la circonstance. Devant lui, une cliente en rage et en pleur qu’il avait bien du mal à calmer avec des mots simples.
 _Le salaud…siffla-t-elle entre ses dents en serrant son mouchoir innocent, elle pourrait être sa fille !
Elle tira les photos de l’époux infidèle vers elle et grimaça de honte avec l’envie subite de déchirer le visage de cette petite garce qui osait se promener à son bras pendant son absence.
            _Vous connaissez son nom ?
Matthieu déglutit sa gorgée de bière et fit glisser une petite feuille sur laquelle il avait retranscrit toutes les informations récoltées pendant cette filature.

 _Emilie Lesac, 23 ans. Etudiante en lettres. Ils se sont rencontrés il y a six mois dans un bar. Il l’emmène tous les mardis et jeudi après-midi dans une chambre d’hôtel où ils passent deux heures en moyenn…
 _Je vous en prie, épargnez-moi ces détails sordides !
Sa cliente se moucha une dernière fois puis cessa de pleurer, le visage dessiné par intense envie de vengeance.
 _Nous allons avoir une petite discussion lui et moi ! il va voir si la vieille est toujours aussi cruche ! Combien vous dois-je pour tout ça ?
Le jeune homme lui tendit sa note de frais plus quelques petits suppléments pour rembourser les nuits blanches, et eut le plaisir de la voir faire le chèque sur le champ en ajoutant un petit zéro de plus.
 _Voilà pour votre peine. Et pour votre silence ! Je ne tiens pas à voir ma vie privée étalée en public, vous me suivez ?
 _Tout à fait madame, répondit-il avec sérieux, bien que son esprit dansait déjà de joie, vous pouvez compter sur ma discrétion.
 _Je l’espère bien !
Il la laissa ranger ses affaires à la va-vite et se lever de sa chaise avec fracas puis la salua sans entendre la réponse. Il la regarda s’engouffrer dans sa belle BMW noire puis reprit son verre, le cœur allégé par les chiffres griffonnés sur ce bout de papier.

 _Jordano, une autre s’il te plait ! Et prends-toi un verre mon grand, c’est ma tournée !
 _Ça marche !
Le patron attrapa deux verres puis fit le tour de son comptoir pour rejoindre son ami. Bien qu’il faisait très beau, le bar était plutôt désert en cette journée de travail. Ils trinquèrent en toute tranquillité en regardant les pêcheurs faire ce dont pourquoi ils étaient les meilleurs.
 _Ça ne t’ennuie pas tout ça ?
 _Hum ? quoi donc ?
Matthieu leva les yeux au-dessus de son verre, interloqué. Le patron secoua la tête en soufflant doucement sur sa mousse.
 _Suivre des maris volages pour les vendre à leurs femmes. C’est bien loin de ce que tu faisais avant.
 _Boah…c’est tranquille et ça paye bien. Tiens regarde ça. Tu te fais souvent ça en une journée ?
Jordano déchiffra le chèque et poussa un sifflement d’admiration.
 _Ah oui quand même ! monsieur tape dans la haute !
 _Faut bien, se moqua gentiment le détective en reprenant une énième gorgée, ce n’est pas avec les petits vieux que je vais trouver de quoi manger. Les hommes d’affaire, ça, c’est le bon filon.
 _Je devrai peut-être changer de job vu ce que tu te mets dans la poche. Tiens, tu en profiteras pour payer ta note.
Le jeune homme déglutit de travers et soupira en attrapant le bout de papier tendu par son ami.
 _Enfoiré va.
Jordona reprit son torchon et vida son verre d’un trait avec le sourire. Un petit groupe d’ami apparut près de sa caisse et il s’empressa d’aller prendre leur commande, ravi de se renflouer un peu après les mauvais jours de la tempête.
Matthieu s’étira longuement les jambes et se cala un peu mieux dans sa chaise pour profiter de la douceur marine. Il cacha ses yeux derrière des lunettes de soleil et entreprit de sommeiller un peu pour rattraper ses heures en retard, son chèque bien à l’abri dans la poche de sa chemise.

Les minutes s’égrainèrent calmement à l’allure de la foule des passants et du bruit des mouettes sur le vieux port.
 _Un peu flashy la chemise ! tu as peur de passer inaperçu ?
Une voix moqueuse se leva dans le silence et fit lever les yeux du détective au-dessus de ses lunettes. Il reconnut sans mal la silhouette qui se dressait juste devant sa table et soupira en se redressant.
 _Francis…qu’est-ce que tu viens foutre ici ?
L’homme de couleur eut un large sourire blanc en tirant une chaise de son côté.
 _Et bien, ce n’est pas l’amabilité qui t’étouffe après toutes ces années. Patron, un petit noir !
Matthieu eut un sourire nerveux et reprit une gorgée avant de grimacer : sa bière était déjà chaude. Il s’étira de nouveau et repoussa ses lunettes pour mieux voir l’homme qui lui faisait face.

 _J’imagine que tu n’es pas venu jusqu’ici pour mes beaux yeux. Tu me craches la raison de ta présence ?
 _Toujours aussi impatient à ce que je vois. Relax, je suis venu prendre de tes nouvelles de la part du patron.
 _Vivelin ? allons bon ! il est encore en vie le vieux routard ?
Francis acquiesça et remercia le patron pour le café qu’il venait de déposer devant lui. Matthieu soupira discrètement et le regarda touiller son nectar en laissant tomber trois morceaux de sucre dans cette petite tasse.
 _Il paraît que tu te débrouilles bien en tant que détective. On a plusieurs fois entendu parler de toi dans certaines affaires. T’as aidé les stup à coincer une bande de dealer ?
Le jeune homme haussa les épaules et se massa la nuque en grimaçant.
 _C’était il y a longtemps. Allez Francis, dis-moi ce que tu viens foutre là. T’es en service, non ? c’est quoi le problème ?
Il vit que son ancien collègue le dévisageait avec discrétion, comme il pouvait le faire lui-même avec de parfaits inconnus. De la méfiance commença à électriser l’air ambiant.
 _Est-ce que par hasard le nom d’Amélie Lassard te dit quelque chose ?
 _Amélie Lassard ?
Il se cala contre le dossier de sa chaise et fouilla au fin fond de sa mémoire, interloqué.
 _Non…non ça ne me dit rien. Pourquoi ?
Francis fouilla sa poche intérieur de veste et fit glisser une photographie du visage de la jeune femme. Matthieu cessa sa course d’un doigt et fronça les sourcils.
 _Jamais vu. Je m’en souviendrai dans le cas contraire.
 _Je sais.
Il regarda son camarade déguster son café et sentit son impatience reprendre le dessus.
 _Tu m’expliques ? quel rapport entre cette fille et moi ?
 _Ce n’est pas exactement avec toi, souffla le grand policier en déchirant le petit papier qui entourait le spéculos accompagnant son café, c’est la troisième fille retrouvée étranglée chez elle en trois mois. Le patron pense à un multi, mais cette fois-ci, un paquet a été retrouvé sur la victime.
 _Un paquet ?
 _Oui. Un paquet contenant un mini disque et une carte de visite. Si tu veux des preuves…
Il lui fit parvenir deux autres photos, faites normalement pour le dossier des scellés et Matthieu recula la tête, piqué à vif.
 _Qu’est-ce que c’est que ces conneries… ?
 _Le capitaine a dit exactement la même chose. Mais tu ne connais pas la meilleure…regarde bien les numéros.
Le jeune homme obéit et sentit soudain la colère lui prendre les tripes.
 _C’est une plaisanterie ?! que vient faire le matricule de Tony dans cette histoire ?!
Francis recula prestement de la table quand son ancien collègue faillit le prendre par la gorge.
 _Eh doucement ! Je ne suis que le messager ! Personne ne comprend ce que Tony vient faire là dedans, c’est bien pour ça que j’ai été envoyé pour te prévenir ! Tu es celui qui le connaît le mieux après tout !

Matthieu se leva de sa chaise et plaqua ses mains sur la table, le souffle court. Son regard passa plusieurs fois entre la photo de la carte de visite et celle de ce mystérieux mini disque, sans qu’il ne comprenne quel rapport pouvait-il y avoir entre les deux.
 _Qu’est-ce qu’il y a sur le disque ?
 _On l’ignore, les blouses blanches sont encore dessus. Il paraît qu’il est crypté.
 _Des suspects ?
 _Aucun. Les trois filles n’avaient strictement rien en commun…en dehors de la manière dont elles sont décédées. Nous n’avons aucune piste. Et elles ne semblaient avoir aucun ennemi. Des gamines sans histoire.
Le détective préféra se rasseoir, les jambes flageolantes. Il n’aurait cru réentendre parler de Tony de cette manière. Pas après tout ce temps…
 _Vous voulez que je fasse des recherches, c’est ça ?
 _Ouais. T’as été son partenaire pendant 5 ans, tu es celui qui le connaît le mieux parmi tous les mecs de la brigade. Peut-être qu’il a connu cette fille pendant une enquête ou a aidé quelqu’un de son entourage. Le patron pense que son matricule n’a pas été mis là par hasard. Le gars est trop méticuleux pour ça.

Francis termina son café et dégusta cette gorgée avant de lâcher un billet.
 _N’oublie pas qu’officiellement, tu ne fais plus parti de la maison. Mais le boss n’a pas le choix sur ce coup, alors fais ça bien. Et tiens-moi au courant, d’accord ?
 _Tu me prends pour un bleu ?
 _Ah ah non, se moqua le grand noir en repoussant la chaise à sa place, mais ça fait deux ans maintenant que t’as lâché ta plaque. Et comme t’as jamais été fan des règlements…
Matthieu préféra ne pas relever la remarque et resta accroché à sa bière quand son ancien collègue le salua en descendant déjà la rue de pierre. Il bipa sa voiture puis lui lança un grand sourire à la Eddy Murphy pour le décoincer. Le jeune homme pouffa nerveusement de rire et avala une gorgée, inquiet. De nouveau seul, il reprit les photos laissées en évidence et se passa une main dans les cheveux …

 _Jordano ! Ma note !
 _Elle arrive !
Il sortit quelques billets froissés de sa poche et les plaqua dans la main de son ami avant de le doubler d’un pas rapide, ses lunettes de soleil sur le nez. Le patron du café ne fut pas plus troublé que ça, habitué à ces départs bruyants et attrapa son torchon pour nettoyer la table. Ce n’était qu’une journée comme les autres après tout…"

Voilà voilà. Alors je suis bien consciente que c'est encore trop maladroit. mais il est toujours difficile de commencer une histoire sans mettre les pieds dans le plat...j'espère au moins que vous avez eu une lecture agréable.