Bon, je suis définitivement une mauvaise bloggueuse, j'ai rien trouvé de mieux à vous mettre aujourd'hui...j'ai pourtant des choses à vous présenter et tout et tout, mais je n'arrive pas à m'y mettre. C'est assez pathétique, faut bien l'avouer.
Du coup, je voulais laisse avec le premier morceau du chapitre VI de Lune Bleue. Vous avez dépassé la 101e page de cette histoire ;)

Bonne lecture à vous.

_Salad_Days__Put_Me_Down_by_Tyshea

Chapitre VI


 _On peut savoir ce qui se passe ici ?!

J’ai caché un bâillement quand le capitaine a déboulé dans la morgue sans sa fidèle raie qui plaquait ses cheveux sur son crâne.

 _Les cadavres sortent tout seuls de leur caisson maintenant ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire de squelette volé ?!

 _Le corps du caveau a été subtilisé pendant que le docteur Shilovich était sorti pour sa pause déjeuner. Qu’est-ce que vous attendiez ? qu’il monte la garde avec un uzi dans chaque main ?

Il s’est tourné vers moi et a levé les yeux au ciel, comme si ma remarque ne valait même pas la peine qu’il me réponde. Il est revenu sur Alain qui restait prostré pendant que l’équipe de blouse blanche passait sa morgue au peigne fin pour trouver des empreintes qui n’appartenaient pas aux légistes et à leurs assistants.

 _Vous n’avez remarqué personne d’intriguant autour de votre travail pendant ces derniers jours ?

 _Vous croyez que j’ai eu le temps de le faire ? j’ai une dizaine de corps dans ces coffres et plus de la moitié demande des examens approfondis ! et je suis toujours sans assistant depuis le départ du dernier pour les îles.

 _D’accord d’accord, coupa le capitaine en levant les mains pour dresser le drapeau blanc, et votre collègue anthropologue ?

 _Je l’ai appelé, elle ne devrait pas tarder. Mais elle n’a sans doute rien vu de particulier, elle était totalement dévouée à ce squelette. Elle ne l’a quitté qu’aujourd’hui car elle avait une conférence.

 _Quelqu’un est venu vous demander où vous en étiez ?

Alain a levé les yeux vers moi tandis que je restais dos contre le mur, les bras croisés. Le capitaine m’a regardé avant de grimacer.

 _Quelqu’un d’autre que le lieutenant Montel ?

 _Non. Je n’aurai de toute façon parlé de cette affaire qu’aux principaux concernés et non à des personnes lambdas. Je suis un professionnel, au cas où vous l’auriez oublié !            

 _Docteur Shilovich, je ne vous accuse pas, j’essaye de comprendre. Que donne les caméras de sécurité ?

 _Ils sont partis chercher les bandes à leur centre d’information, ais-je déclaré en me décollant légèrement le dos, l’hôpital est relié à un système de surveillance beaucoup plus conséquents. Les collègues devraient être sur le chemin du retour.

 _Mettez tous les hommes qu’il faut sur cette affaire, mais je veux le nom des individus qui ont trouvé le moyen de s’introduire jusqu’ici pour voler un cadavre !

Le capitaine a fait volte-face, une fois ses ordres donnés et s’est arrêté à ma hauteur, réalisant alors sans doute que j’étais enfin rentrée de la Vallée.

 _Et vous, vous avez eu les réponses ce que vous vouliez là-bas ?

 _Certaines.

 _Alors continuez de chercher ! et chopez-moi ce malade tueur de prêtre avant que la panique s’empare de la ville !

 _Oui chef, bien chef !

Il était malheureusement déjà parti lorsque je lui ai répondu. Alain a levé les yeux au ciel puis est venu vers moi, l’air vraiment malheureux.

 _Je vais le retrouver, ne t’en fais pas.

 _Ce n’est pas vraiment pour me rassurer, quand on sait qui a osé venir jusqu’ici pour ce squelette.

 _Il faudra bien que je fasse mon boulot. Allez, détends-toi, ça va s’arranger.


Il a forcé un sourire quand je lui ai caressé la joue et les portes se sont ouvertes sur une femme d’un certain âge, essoufflée, les cheveux bien tirés à l’arrière dans une queue de cheval stricte.

 _Alain ! C’est vrai cette histoire ? le squelette a été volé ?!

 _…malheureusement.

 _A quoi va-t-il leur servir ? j’ai tous les résultats dans mon ordinateur !

 _C’est vrai ?

Elle a tressailli au son de ma voix et a réalisé ma présence de manière plutôt étonnante.

 _Ah hum Chantale, voici le lieutenant Diane Montel, l’agent chargé de l’enquête. Diane, Chantale Lavoisy, ma collègue anthropologue dont je t’ai déjà parlé.

 _Enchantée.

 _Moi de même ! déclara-t-elle en me broyant la main, vous êtes plus jeune que je ne l’aurais pensé.

 _Il parait. Vous disiez avoir les résultats dans votre ordinateur ...vous avez déjà fait des analyses ?

 _Dès que nous avons fini de sortir le squelette de son caveau, oui évidemment. Vous voulez les voir ?

 _…si ça ne vous dérange pas…cela m’arrangerait bien oui.