24 octobre 2008

Chronique

Alors là, il va neiger ! Pourquoi ? parce que je me suis remise à lire des livres ! de vrais livres, avec des pages et tout...ça ne surprendra pas beaucoup d'entre vous, car y a rien d'extraordinaire à ça, mais avant l'université, je lisais énormément. Peut-être pas autant que ma mère - qui elle, en est à deux livres par semaine malgré des journées de travail intensive - mais j'avais toujours le nez dans un bouquin, quitte à en oublier la télévision et ce qui m'entourait en général.
Lire de bonnes histoires, c'est bien mon loisir favori. Cela explique sans doute que j'ai toujours voulu offrir le même sentiment en présentant mes propres textes à d'autres lecteurs intrigués. Après, c'est à double tranchant, car à force de lire des œuvres parfaitement bien huilées, je peux être dégoutée par mon manque de maturité parfois flagrant...et sans avis professionnel, c'est dur de savoir ce que l'on vaut. Si ça se trouve, j'écris depuis des années pour rien -_-'

Enfin bref !
Je suis ici pour vous présenter un auteur que je suis depuis peu de temps, car malgré sa bibliographie très impressionnante, je n'ai lu que deux de ses œuvres. Cet écrivain, c'est Paul Doherty.
Découvert à travers ma moman (et on ne rigole pas) elle m'a d'abord parlé d'un personnage immortel, qui voyageait à travers les ans en racontant ses histoires. Vous pensez bien que mon sang d'historienne et de fan de truc fantastique de ce genre n'a fait qu'un tour et je lui ai rapidement demandé de m'en apporter un volume si elle pouvait lors de l'un de ses passages fréquents aux nombreuses bibliothèques de ma ville.

Elle m'a alors présenté : En mémoire d'un prince : 9782264037909
Comme vous pouvez le voir sur la couverture, le livre est présenté sous un autre nom d'auteur, Ann Dukthas, mais sachez qu'il s'agit bien de la même personne. Paul Doherty a en effet l'étrange manie de collectionner les "pseudonymes" pour présenter ses histoires. Car il écrit ou a écrit 9 séries différentes ! Toutes partageant un temps et un contexte complètement différents des unes des autres.

Ici, il présente un personnage particulier : Nichollas Segalla, un homme de foi dont on sait peu de chose, à part que les âges ne semblent pas prendre sur lui. Au début de ce roman, il se présente à Ann Dukthas, jeune journaliste qui commence doucement à croire à son immortalité, bien que sa morale lui fait encore poser des questions. Il a besoin d'elle pour présenter son passé et des épisodes troubles à quelqu'un qui pourrait écouter.
Il lui présente alors un manuscrit qui retranscrit une période très trouble de notre histoire, puisqu'il s'agit de la Révolution Française. Segalla nous explique alors qu'il a toujours été proche de la reine Marie-Antoinette, qu'il a rencontré la première fois lorsqu'elle était enfant. A cet instant, la reine est enfermée après avoir été arrêtée et écrit une lettre à une proche en pressentant l'heure de la guillotine.
Son fils, Louis XVIII est enfermé dans sa tour et attend l'heure où il pourra être libéré.

Là, démarre l'intrigue et le rôle de Segalla. En effet, des années plus tard, autour de 1830, Louis Philippe a pris le trône mais la contestation monte dans Paris. Il a besoin d'asseoir son pouvoir et une rumeur se fait entendre : Louis XVIII ne serait pas mort comme dit, mais aurait échappé à sa prison. Ce qui signiferait alors que c'est lui, l'héritier du trône et non ce gros tas de Louis Philippe...et encore moins son frère, Charles d'Artois (futur Charles X)
Segalla étant connu pour ses talents de négociateur et d'enquêteur discret, il est mandaté par le roi pour savoir la vérité sur la question. Car un enfant est bien mort dans cette tour...alors qui a menti ?

Bien sûr, c'est une intrigue historique, alors il faut aimer ça pour comprendre l'essence même de la trame, mais l'écriture de Doherty est facile, il est dur de s'arrêter une fois parti. Le personnage de Segalla lui-même est un mystère, l'auteur nous livre son identité au compte-goutte. En mémoire d'un prince est le deuxième tome de la série, mais on se doute que le premier ne nous donne pas plus d'indice. Ainsi, je le conseille à ceux qui aiment les intrigues dans les temps passés, avec costume d'époque et une écriture facile. Certes avec des descriptions, mais ces dernières sont loins d'être insurmontables. En plus, l'histoire est basée sur une question réelle, qui a eu son dénouement scientifique il y a quelques années seulement. Je ne dirai rien pour ceux qui l'ignorent, mais ça aide à l'immersion ;)

Ensuite, deuxième ouvrage du même homme : Sous le masque de Rê : 9782264042743FS
Ici le personnage est le juge Amerotkê. Comme vous pouvez le voir à la couverture et au titre, nous sommes en Egypte antique. Exactement au tout début du règne de la reine Hatchepsout, une des plus grandes dirigeantes reconnues de ce pays.

Amerotkê est le juge suprême de Thèbes, un homme intégre croyant fervement à la déesse Mâat, la Vérité. Il vit avec sa femme et ses deux fils une existence agréable entre ses sentences à sa cour. Aidé d'un nain, son fidèle Shoufoy, il apprend comme tous les Egyptiens la mort soudaine et spectaculaire du Pharaon Toutmosis II, tout juste revenu victorieux d'une guerre montée contre les ennemis des frontières. Sa femme et demi-soeur, Hatchepsout se retrouve seule au pouvoir, en attendant que son beau fils âgé de 7 ans puisse monter sur le trône. Mais la jeune femme, âgée à peine de 19 ans, est ambitieuse et compte bien prendre la place de ce dernier. Elle n'est évidement pas la seule, le grand vizir et plusieurs généraux visent également le même siège.

Mais la nouvelle tombe bientôt : le pharaon Toutmosis serait mort mordu par un serpent venimeux. Des suspicions rodent bientôt sur la future reine qui demande alors l'aide d'un vieil ami d'enfance pour éclaircir ce mystère : le juge lui-même. Ce dernier, frileux à l'idée de se rapprocher de la politique n'a pas d'autre choix lorsqu'un soldat, ancien ami de son épouse, est accusé de négligence ayant entrainé la mort du Pharaon. Tiraillé entre son besoin de vérité et les faits, Amerotkê décide de savoir ce que cache la mort du fils des dieux mais également de plusieurs de ses généraux, tous empoisonné par la morsure d'un serpent. Qui contrôle la bête ? et qui pille les tombes sans laisser aucune trace derrière lui ? les deux événements seraient-ils liés ?

Encore une intrigue historique décrite avec un grand souci de réalisme. L'écriture est toujours simple et donne l'envie de retourner en ces temps oubliés. Les personnages sont attachants, amusants, et toujours décrits avec une grande justesse. Personnellement, j'adore l'Egypte Antique, j'ai toujours rêvé d'écrire un roman inspiré par les légendes de ce pays. Pour ceux qui sont attirés par les moeurs, la vie et les intrigues, je conseille très fortement cette série !

Posté par miyaki2384 à 22:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Chronique

  • Hmmmmm !

    ... Ça donne envie de lire ! ^^'

    Et pour me faire ça, il faut se lever tôt, crois-moi

    (le bouquin que je lis actuellement ne m'éclate plus tellement u_u)

    Hmmm ça à l'air vachement passionnant comme livre... j'vais me renseigner tiens

    Posté par Scrach, 24 octobre 2008 à 22:34 | | Répondre
  • J'espère que ça te plaira si tu as l'occasion de les lire Sous le masque de Rê est plus "facile" à lire car l'imagination peut t'aider à voir les choses. "Au nom d'un prince" est plus historique, plus français et a donc des détails qui pourraient te rappeler tes cours. C'est parfois contraignant, mais personnellement, j'ai l'habitude ^^'

    Je les conseille à tous ceux qui aiment lire en général, et qui n'ont pas d'urticaire dès qu'on parle un peu d'histoire

    Posté par Artémis, 25 octobre 2008 à 14:16 | | Répondre
Nouveau commentaire