24 novembre 2008

Lune Bleue - 37 -

Que c'est plaisant d'avoir fini une histoire ^^ ça permet enfin de se changer les idées et de voir le travail accompli. Au jour d'aujourd'hui, je suis relativement fière de cet univers que j'ai construit de mes petites mimines. Bon de point de vue de professionnel, je suis certaine qu'il y a encore beaucoup de travail à faire dessus, que mon écriture laisse parfois à désirer etc...mais pour le moment, j'ai décidé de ne pas faire attention à ces considérations qui pourraient finir par me démoraliser. Oui je suis championne pour me foutre le bourdon toute seule, c'est un don -_-'

Sinon le 27 approche lentement...dans trois jours en fait. Je suis persuadée d'être la 10e nominée sur 10, alors je me console en me disant que mon roman a tout de même été choisi parmi tous les envoyés (car je ne pense pas qu'on était que 10 auteurs non publiés qui ont tenté leur chance par ce concours...enfin...j'espère >-< !)

Avec tout ça, je me suis déjà inventée un nouvel univers. Bon cette fois-ci, j'ai fait court, je voulais surtout inventer un nouveau personnage, le monde autour d'elle a donc été brossé en à peine 30 pages :p une sorte de nouvelle ou d'une introduction à quelque chose de plus profond. Quand j'aurai le courage...Je n'ai pas abandonné Diane pour autant, je sens qu'il y a encore beaucoup de chose à faire avec elle et ses proches. Ces deux romans n'ont brossé que la surface de toute la saga que je voulais faire au début. A moi de trouver l'inspiration ;)

Allez, je vous laisse avec la fin du chapitre 6 de Lune Bleue. Action en perspective !

9416fde9557c1958ea9d413b99010548

_Flack…le docteur Lavoisy !

 _Que… merde !

Nous avons eu le même réflexe. Nous avons fait volte-face pour vite la rattraper alors qu’elle continuait d’avancer innocemment vers sa voiture. C’était elle qui possédait tous les renseignements sur le squelette disparu. Elle en savait donc plus que nous tous sur le fameux corps qui semblait attirer autant de convoitise !

 _Docteur Lavoisy !

Flack m’a doublé alors que nous courions sur le bitume trempé, plus rapide, quand soudain, j’ai entendu cette petite voix au fond de mon esprit :

« Peligro, bruja ! »

 « Que ? »

J’ai pillé net en tiquant sur le mot « Bruja »[1]. J’ai instinctivement fouillé dans les poches de mon blouson et j’ai attrapé cette petite poupée de chiffon qui semblait presque me brûler la main. Elle me prévenait d’un danger.


 « Bip bip »

J’ai entendu le déclic des clefs quand le docteur Lavoisy a voulu provoquer l’ouverture des portières et j’ai eu comme un éclair. Une sorte de flash de génie qui m’a fait comprendre ce qui allait se passer.

 _FLACK ! A terre !

J’ai ouvert la main pour attraper Chantal Lavoisy quand sa voiture a littéralement explosé ! Flack a été projeté au sol. J’ai été rejeté en arrière sous la puissance du feu et Lavoisy a volé avec moi, attirée par ma télékinésie. Nous nous sommes toutes les deux effondrées durement sur le goudron alors que les parties enflammées de la voiture s’échouaient tout autour de nous.

J’ai secoué la tête, complètement sonnée, et j’ai vu le monde tourner autour de moi, dans un sifflement aigu qui me paralysait les oreilles et troublait mon équilibre.

 _…Docteur ?

J’ai tâté le sol à genoux, et je l’ai vu bouger non loin de là, gémissante de douleur mais vivante. Des crépitements prouvant que la voiture était toujours en feu ont résonné dans mon esprit et j’ai tenté de me redresser, me rattrapant à peine du bout des doigts.

 _Mademoiselle, ne bougez pas !

Deux infirmiers m’ont foncé dessus pour m’empêcher de bouger alors que j’étais encore brumeuse mais je les ai repoussé en cherchant Flack du regard. Je l’ai trouvé gisant à moins d’un mètre, du sang perlant de ses oreilles, les yeux désespérément clos.

 _FLACK !

Je me suis précipitée vers lui, titubante et j’ai manqué de tomber sur un genou, totalement perturbée à cause de ce sifflement strident.


 _Flack ! Ouvre les yeux merde !

J’ai posé deux doigts sur son pouls et j’ai eu un soupir de soulagement : il respirait encore. Mais j’ai vu une énorme tache de sang sur sa chemise trempée par la pluie battante. Il avait reçu un morceau de la voiture dans le ventre sous la force de l’explosion.

 _Bordel, qu’est-ce que vous attendez pour venir le soigner ?! ais-je hurlé aux alentours pour alerter les soigneurs, Flack, tiens-le coup s’il te plait ! Pense à Lucas !

Il n’a évidemment pas réagi, inconscient. J’ai senti la panique m’envahir quand les infirmiers m’ont demandé de reculer pour prendre ses battements de cœur et vérifier ses pupilles.

 _On l’emmène !

Toute une équipe s’est présentée sur le parking, prête à s’occuper de tous les blessés et a commencé à le préparer pour un brancard, en lui écrasant un masque sur le nez pour l’aider à respiration et en pressant sa blessure afin d’éviter l’hémorragie.

 _Diane !!

Une voix s’est faite entendre mais le sifflement m’a empêché de la reconnaître. De toute façon, je suivais les moindres gestes des infirmiers qui s’occupaient de Flack, totalement hypnotisée par ce sang qui continuait de couler de son ventre.


 _Diane ! Regarde-moi !

Deux mains m’ont attrapé par le cou sans violence et un visage s’est dessiné devant moi. Alain.

 _Dis-moi si ça va !

J’ai grimacé de douleur et je suis tombée contre son torse, les jambes tremblantes.

 _C’est bon, c’est bon, je te tiens.

 _…Chantal…

 _Ils s’en occupent, elle est déjà à l’intérieur. Viens, je t’emmène.

Il a passé un bras sous mes jambes et m’a soulevé du sol pour m’emmener à l’abri. Je me suis agrippée à son cou comme une enfant mais j’ai regardé Flack partir au pas de charge, inconscient sur le brancard porté par deux hommes expérimentés.

 « Peligro Bruja… »


[1] Bruja : sorcière en espagnol. Peligro Bruja : « danger sorcière ! »


Posté par miyaki2384 à 11:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Lune Bleue - 37 -

    oui oui, moi aussi je suis capable de me fiche le moral en l'air, toute seule, juste comme je pense à des trucs qui ne s'accomplissent même pas, mais qui auraient pu...
    ha lala je ne vois jamais de marches à gravir, mais des barrières infranchissables. c'est comme ça, on y peut rien.
    3 jours oui, dans 3 jours ^^ je croise les doigts pour toi

    Posté par Goldie, 24 novembre 2008 à 12:24 | | Répondre
  • alors, alors, alors ^^

    Posté par Goldie, 28 novembre 2008 à 10:37 | | Répondre
Nouveau commentaire